9533 références
90,1 % des produits en stock

Connexion

Valider Inscription

Récapitulatif

Votre panier est vide :-(
Voir nos produits
article blog
Truite : un début de saison au poisson nageur

Truite : un début de saison au poisson nageur

Pierre Cast
18 mai 2021
Nous y sommes, c’est l’ouverture de la truite ! Après de longs mois d’attente et d’abstinence halieutique, cette échéance signifie pour beaucoup le retour tant attendu à la pêche. Cette année les cieux semblent du côté des pêcheurs car les conditions météorologiques sont agréables : il fait beau et presque chaud. Il y a de fortes chances pour que les salmonidés tant convoités soient de sortie. De plus, les débits sont peu importants. Les poissons seront donc plus facilement atteignables et la pêche plus simple que si les eaux étaient hautes et chargées. L’optimisme est de rigueur et l’enthousiasme débordant. Pour cette saison 2021 je me suis équipé chez la boutique en ligne Fish & Ship. Elle est très bien achalandée : les articles sont judicieusement choisis par le patron qui s’y connait un petit peu... On y trouve les références les plus efficaces dans des couleurs appropriées. Pas de gadgets ou d’attrape pêcheur inopérant ici. Le client pourrait remplir son panier les yeux fermés, il serait sûr de ne prendre que du bon. J’ai donc choisi quelques Tricoroll 55 et 63, Ryuki de 60 à 80 mm et Meteora 63. Vous aurez compris que cette ouverture se fera essentiellement au poisson nageur. C’est une technique que j’affectionne particulièrement et c’est donc tout naturellement vers elle que je me tourne pour une reprise de contact avec la rivière. Il faut aussi dire que ces leurres qui génèrent beaucoup de signaux font plutôt bien réagir les truites agressives de début de saison. Aussi, la configuration de mes spots se prête vraiment bien à cette pêche. J’utilise de la tresse pour garnir le moulinet et du fluoro en bas de ligne depuis des années. C’est ce qui me convient le mieux. Je pense avoir trouvé mon équilibre ainsi, grâce à la combinaison entre des cannes à poisson nageur d’actions très progressives (je les monte moi-même) et une ligne peu élastique. Mes leurres s’animent comme je le souhaite et le nombre de poissons décrochés est faible. J’emploie une tresse YGK G Soul X8 Upgrade en PE 0.6 et un bas de ligne Fluoro Trout Shock Leader de Varivas en 6lb. Dernier détail, je pêche la truite en rivière en baitcasting pour la simple raison que je n’y trouve que des avantages et que mon plaisir en action de pêche est décuplé avec un tambour tournant. La journée d’ouverture commence pour moi à 11h00. Cela fait bien longtemps que j’ai arrêté de me lever à 5h00 pour être le premier au bord de l’eau… Depuis que j’ai compris qu’à cette saison, les truites se mettent généralement en activité vers la mi-journée et que je devrais faire avec la foule des pêcheurs de l’ouverture quelle que soit l’heure à laquelle je me présente au bord de l’eau. Et c’est à midi que ce magnifique poisson de 64 cm vint coffrer violemment mon Meteora 63. La truite était postée dans un puissant courant situé entre deux zones de calme. Un poste de choix pour un joli spécimen en train de s’alimenter. Je prospectais plein amont lorsque la touche s’est produite. Ces pêches up stream provoquent des touches très violentes. La démarche à suivre est simple : il suffit de laisser son leurre descendre à la profondeur désirée et de l’animer vigoureusement pour qu’il soit opérant. S’il remonte trop vite vers la surface, la récupération est stoppée afin que le poisson nageur regagne la couche inférieure, zone de tenue supposée des truites. Voilà pourquoi j’ai choisi essentiellement des modèles coulant rapidement (ils ont différentes appellation selon les marques : heavy sinking, heavy weight, fast sinking etc…) qui permettent de pêcher efficacement vers l’amont mais qui tiennent aussi bien les courants lors des prospections vers l’aval (pour rappel, il s’agit des modèles suivants : Illex Tricoroll 55 HW / 63 SHW, Jackson Meteora 63 et Duo Spearhead Ryuki 60 / 70 / 80S). L’activité s’est prolongée jusqu’au coup du soir. La luminosité déclinant et le ciel se couvrant j’ai troqué le colori très mat et naturel du Meteora 63 BKG (très bon lorsque la luminosité est forte) par la version « vairon » du Tricoroll 63. Cette référence ne ressemble pas vraiment au petit cyprinidé peuplant les rivières fraîches et oxygénées, ou alors elle s’apparente à un individu très malade (bien évidemment, cela ne met aucunement en doute son efficacité), mais sa dominante blanche et le ventre agrémenté d’une petite tâche orange convenait parfaitement aux conditions rencontrées en soirée. La fario ci-dessous s’en saisit lorsque le leurre traversa de part en part un poste constitué d’un courant en superficie et d’une zone calme proche du fond. Les sorties post-ouvertures furent assez productives avec quelques poissons de belle taille mais surtout des truites de grande qualité de par leur origine purement locale. Le spécimen suivant a été piqué avec un Tricoroll 63 SHW « Copper yamame ». Ce colori est tout simplement redoutable sur bon nombre de cours d’eau à salmonidés. Je le découvre à peine mais c’est une vraie révélation en ce début de saison. Le poste était un chenal étroit au courant assez profond qui serpentait entre des rives concaves. Le poisson nageur a réussi à décider le prédateur au premier passage en nageant suffisamment près du fond. Le combat ne fut pas simple à négocier du fait du profil du cours d’eau mais mon adversaire rejoint finalement l’épuisette. Maintenant, au tour d’un mâle hyper agressif, qui a failli monter sur la berge pour coffrer mon Pointer 65SP. Le truc qui n’arrive presque jamais mais qui s’est produit ce jour-là. Je tombais dans l’eau il me bouffait. La dernière truite que je vous présente a été prise fin mars dans une atmosphère très particulière, que seul un coup du soir peut engendrer. Un lingot bien massif qui s’est embrasé avec le ciel. Elle aussi a craqué pour le Tricoroll « Vairon ». Elle était placée sous une cascade. Un passage à la bonne profondeur et ce poisson suiveur prendra le leurre en fin de récupération, lorsque je rendis la main. Une offrande qu’elle ne put refuser. Ce sont les plus beaux sujets de mon mois de mars à la truite. Le restant de l’année sera consacré à d'autres milieux et/ou à la traque d’autres espèces car je ne trouve rien de plus ennuyeux que de ne chercher qu’un seul poisson dans un même environnement. A bientôt j’espère !