12726 références
89,2 % des produits en stock

Connexion

Valider Inscription

Récapitulatif

Votre panier est vide :-(
Voir nos produits
BlogE viva Orellana!
E viva Orellana!

E viva Orellana!

philippe
16 oct. 2022
Bonjour à toutes et à tous,
Un séjour, en compagnie de Mathieu pour qui Orellana la Vieja sera une première. Notre centre de pêche habituel étant complet, nous passons au plan B : location d’un bass boat chez Julie Quinton (Extremadura Locaboat) et d’une maison chez Sylvain (pour info : je n’ai pas trouvé de chorizo dans les tables de nuit 😊).
 
Sincèrement rien à redire, le bateau est correctement équipé, Julie est très cool avec les horaires et la maison parfaitement aménagée. A recommander !
 
Je connais (un peu) le lac et Mathieu n’est pas manchot une canne à la main, mais je ne l’ai jamais pêché avec un tel niveau d’eau et cela m’inquiète quelque peu... il est historiquement bas. Romain ( guide chez Pesca Extremadura) nous a donnés quelques indications sur les spots et les leurres avant notre départ pour ce séjour multi carnassiers : les sandres sont tatillons, les brochets et les bass principalement dans les herbiers.
 
Nous nous permettrons de contredire Antoine de Saint Exupéry pour notre voyage avec une voiture bien chargée en matériel...Mais quel confort de disposer sur le bateau d’un ensemble de cannes prémontées : modifier le grammage de la TP, la vibration, la taille de ses leurres, voire d’espèce se fait en un tour de main. Toutefois, attention : pléthore ne doit pas nuire à la démarche d’analyse de la pêche en provoquant une trop grande dispersion sur chaque spot.

Des sandres qui se comportent enfin comme des sandres ...

Malgré la fatigue, nous sommes impatients de prendre la température des lieux : nous décidons de faire un coup du soir depuis le bord et je connais un coin à sandres pas très loin de la maison. Du powerfishing, tout en nous déplaçant vers le spot ne donne rien. Les lieux sont déjà dans l’ombre du soleil couchant, je décide de l’aborder avec une couleur flashy : un Dartspin Sunset Gold me permet de rentrer rapidement un sandre et Mathieu enchaine avec deux autres.
Je perds le seul dartspin de ce coloris dans un panier à écrevisse malgré le montage texan... Un peu débité et après deux heures de pêche à pied, une nuit blanche dans les pattes, j’avoue en avoir plein les bottes (même si les tongs sont plus adaptées en ces lieux 😊). Une bonne nuit de sommeil fera du bien pour attaquer les choses sérieuses.
Le lendemain matin nous débutons avec le bass boat sur le spot de la veille en nous plaçant dans les 10 mètres pour peigner la zone rivage-9 mètres. Mathieu inspiré par le coloris du dartspin monte un Magic Slim shad 4’ magic orange sur une TP fluo orange de 7gr pour une pêche lente et planante. Pour ma part, je prends l’opposé avec des TP non fluo : une de 7gr sur un Slick Shad 9cm UV Sundance et sur un autre combo une 11gr sur un Slick Shad 9cm UV wakasagi pour une action de pêche plus rapide avec un coloris naturel.
Bilan : je prends deux touches courtes avec la TP 7gr, Mathieu rentre 5 poissons... et quelques indications sur la pêche.
A partir du second spot, je passe en TP fluo 7gr sur les Slick Shad en 9cm et enregistre des touches de qualité que ce soit sur du Hot Olive ou du Stickelback dont le seul point commun est la présence d’une tâche de couleur orange.
Durant deux jours et demi, sur les pointes ou les postes caillouteux, le même pattern se répète :
des touches dans les premiers lancers avec des TP fluo 7gr et un leurre de moins de 10 cm, puis nos percidés passent en mode gueule fermée. A ce petit jeu de cache-cache, le Magic Slim shad 4’ magic orange excelle.
Nous tentons de rentrer des poissons supplémentaires avec des variations différentes, mais les finess ne donnent rien, et avec des vibrations plus fortes ou rapides ( Zander pro shad, voir des chatterbait ou cranckbait ): maître Esox montre rapidement ses dents. La solution de mettre les premières prises au vivier, afin de limiter la diffusion de signal d’alarme, nous semblent déraisonnable vu les conditions météorologiques.
Ces dernières vont changer, les pressions chutent et nous auront droit à un bon petit coup de vent modifiant le comportement des sandres qui semblent avoir déserté en partie le lac.
Des postes se sont vidés de toute vie, l’attractivité de la TP fluo a disparu et la couleur orange n’est plus à la mode. Les nuances de verts ou de bruns deviennent tendance, évoquons l’Easy Shiner Lime Chartreuse et les Slick Shad Dark Oil ou Green Pumkin. Des coloris en phase avec la couleur de l’eau qui a été quelque peu brassée ces dernières heures, sans pour autant déclencher une folie carnassière.
Dans notre pêche , essentiellement en linéaire, la taille moyenne des prises se situe dans la fourchette de 55-65 cm, avec un top fish à 72cm. Ce fut ma première surprise du séjour avec des poissons qui semblent marquer un pallier dans leur croissance. Et le temps où pêcher le brochet avec des leurres de 150-180mm permettait de toucher facilement les sandres sur ces zones de pointes ou de baies caillouteuses semble résolu.
Il se peut que les plus gros spécimens aient déjà adopté un mode pélagique, mais ce qui semble certain c’est que la phase d’expansion touche à sa fin et que les sandres d’Orellana commencent à se comporter comme des sandres, ce qui contribue aux charmes de cette pêche.

Des brochets et des Bass en full grass ou presque...

Depuis deux ans, les niveaux d’eau à la baisse ont permis le développement de magnifiques zones d’herbiers. Ce sont de véritables pouponnières à brochet et à bass, assurant à ces espèces un bel avenir, malgré l’arrivée du sandre.
Si la majorité des prises sont des brochets de 60-65 cm ou des bass de 35-40 cm, des mètrés ou des vaca bass aiment venir dans ces lieux. Et en pêchant l'extérieur de l'herbier sur des zones un peu plus profondes des sandres surveillent le garde-manger.
Nous tenterons différentes techniques : de la frog, des leurres souples montés en texan, des stickbaits sur les zones plus dégagées en surface et des swimbaits mais conformément aux indications de Romain : le Bladed Jig (Chatterbait) va vraiment faire la différence. Pour info, il y a un article sur le sujet dans La Pêche et les poissons d’octobre avec Sébastien guide chez Pesca Extremadura.
Avec des hauteurs d’eau de 50 cm-70 cm, des grammages de 10 à 14 gr sont tout indiqués.
Dans une action de pêche classique, nous visons la limite de la zone émergée de l’herbier et déclenchons une récupération rapide à la tombée. Cependant, il ne faut pas hésiter à lancer votre chatter un ou deux mètres à l’intérieur du massif émergé pour le faire buzzer en surface jusqu’à l’extraire de cette zone pour une animation normale. C’est très intéressant pour déclencher l’agressivité territoriale sur des poissons au repos, et cela produit de belles attaques en surface. Bien évident le casting est obligatoire pour optimiser la récupération, canne haute du leurre à l’impact, et un moulinet avec un ratio élevé (du 7.1 c’est limite, du 8.2 voir plus idéal) indispensable pour éviter un tankage en règle du chatter dans l’herbier. Pour l’action de la canne, si certains préfèrent une action moderate/moderate fast, j’utilise des cannes fast que je trouve plus adaptées pour dégager le chatterbait des herbes certes c’est un peu moins confortable surtout avec des grosses palettes et réduit les distances de lancer.
Cette technique assurera à Mathieu un nouveau record perso bass à 52 cm.
Question coloris : c’est assez simple du noir/palette noir ou du blanc/palette argent et un trailer dans le même ton. Par contre, pour la forme et la taille de ce dernier, toutes les écoles auront raison : de la longueur avec des Megabass X Layer Curly 7’ (sans Trailer Hook) ou du compact avec les Strike King Blade Minnow.
Pour le bas de ligne, un fluoro 75/100 ne perturbe pas l’animation de la palette dans cette pêche à grande vitesse. Souhaitant tester une animation un peu plus lente, j’ai eu la mauvaise idée de monter un petit bas de ligne de 15cm Decoy Wire Short Leader sur un Boomer 14g Pink MS.... Trois lancers plus tard, je suis coupé au niveau du fluoro de discrétion en 35/100...
Il y avait moyen de faire mieux sur les bass : je rate un big + avec un Super Slick Shad 18cm monté sur un hameçon texan Savage Gear Weedless EWG hooks ramené rapidement à la surface des herbiers et sur une pointe rocheuse, Mathieu perd une vache séduite par le fameux Magic Slim Shad magic 4’.
Nous avons peut-être pas assez insisté sur les herbiers où les pics d’activité étaient de courte durée mais permettaient d’enchainer rapidement trois ou quatre poissons au Bladed Jig. Mais nous avions privilégier le sandre les premiers jours puis une journée agitée avec un vent de face pour revenir à la mise à l’eau, nous a fait jouer la sécurité, les plus beaux spots étant situés très en amont de celle-ci. Cette journée fut l’occasion de pêcher le bass sur des postes rocheux marqués, abrités du vent avec des techniques finess Wacky Rig ou Ned Rig et de rechercher (en vain) des nouveaux postes à sandres.
Si des brochets métrés ont ete pris dans les zones hypershallow des herbiers durant notre séjour, ce sera pour nous une toute autre histoire, une histoire qui participe au charme de notre passion, une histoire pour lever la tête de nos écrans.
Nous souhaitions terminer notre session du jour sur un de nos meilleurs spot à sandres. A notre arrivée, nous apercevons Sébastien en dérive dans notre notre direction. Nous nous mettons à l’ancre à l’entrée de la baie pour ne pas le gêner, et observons son bateau réaliser un doublé brochet à hauteur de notre strike zone côté profond. Il nous rejoint et nous convenons de prendre une bière ensemble dès notre retour à la mise à l’eau.
Nous nous plaçons pour attaquer les sandres côté berge avec nos TP 7gr en pêche planante, sans grand succès. Je décide d’essayer de pêcher plus vite et monte une TP14gr sur un Slick Shad en UV Perch, coloris qui n’a rien donné jusqu’à présent. Au moment de lancer, ma tresse fait deux boucles hors de la bobine du moulinet. Un long lancer en parallèle de la berge côté profond devrait remettre tout en ordre... Quelques tours de moulinet, et c’est une touche lointaine discrète, du lourd qui ne décolle pas du fond, le frein chante.... Une mamie, certes un peu édentée de 102 cm, a eu la gentillesse de prendre délicatement le Slick Shad monté en 25/100 et va procurer un joli combat sur la Major Craft Benkei 722MH/FLE French Limited 5-28g..

Encore de belles journées passées sur Orellana entre amis... C’est une magnifique destination multi carnassiers, les diables verts sont dans une forme exceptionnelle et leur avenir ainsi que celui du brochet semble assuré dans ce biotope d’exception.

Pour le découvrir ou simplement pour une pêche sereine sur les meilleurs spots du moment, je ne peux que vous conseiller de prendre un guide: Pesca Extremadura  ou Extremadura Profishing ne devraient pas vous décevoir avec des guides au top.

Sinon contacter Julie et Sylvain, vous disposerez de belles prestations entre potes ou avec votre famille en toute indépendance.