13222 références
87,7 % des produits en stock

Connexion

Valider Inscription

Récapitulatif

Votre panier est vide :-(
Voir nos produits
BlogToo big or not too big bait ...
Too big or not too big bait ...

Too big or not too big bait ...

philippe
23 nov. 2022
En juin dernier, lorsque Patrick a évoqué le nom d’Yvan Drachkovitch , les yeux de Hans Roose (https://anyware.fishing ) se sont illuminés à l’idée de partager quelques sessions avec cet amoureux des vertes collines irlandaises de Drumshambo, ayant guidé sur de multiples destinations. Le Volkerak sera une première pour Yvan.
Ce séjour fut pour notre team de quatre pêcheurs l’occasion de faire la connaissance de Didier Lemmerling, venu suppléer Hans sur le second bateau.
 
Deux complices de pêche forts sympathiques, au premier plan sur cette photo prise au restaurant chez « Lely », point de rendez-vous pour bon nombre de pêcheurs. Nous y croiserons Stéphane Poinçot, (guide français stephane@freefish.fr ), l’occasion d’échanger quelques mots halieutiques sur l’évolution de l’électronique et la pêche de nuit.
Nous resterons de simples homo sapiens diurnes, en limitant l’utilisation de nos écrans à la recherche du poisson fourrage et à la gestion de nos dérives.
Hans nous fait un topo de la situation : les brochets sont timides et les perches boudent depuis deux jours. Cependant, la veille deux jolis brochets (traduction Volkerakienne : des brochets métrés ) ont été intéressés par ses petits leurres souples, en recherchant les grosses P. fluviatilis.
 
 
Face à cette situation, la stratégie de base est double :
Privilégier l’utilisation des petits leurres lorsque nous serons décalés des bancs de perchettes ; l’idée étant d’imiter une proie blessée, égarée et facile à capturer.
A contrario, au-dessus ou autour des bancs, les bigbait (au sens large) seront de sortie, afin de se distinguer parmi des milliers de proies et de stimuler la curiosité de maître Esox.
Avec trois pêcheurs par bateau, deux peuvent suivre le plan et le troisième prendre son contre-pied.
Nous attaquons le 1er jour avec une absence de vent, un beau ciel bleu et une eau a plus de 15 degrés !
Hans se place dans les 7 mètres, et Didier nous décale dans les 9. Conformément à notre stratégie, je prépare deux cannes : une Benkei 80XXH FLE avec un Replicant Jointed 23cm bien adapté à cette pétole et une Bone Voyage BVS-764M 5-21gr un slick shad 11cm avec une TP de 9gr. Une troisième canne, une Bone Voyage BVS 764 XXH 21-90 gr servira pour les leurres durs et chatterbait. Stop Politie ! Petit rappel, au Pays-Bas c’est maximum deux cannes montées par pêcheur sur le bateau...
Les premières heures sont calmes , du fourrage sur les écrans mais aucune trace d’activité. Didier fait tourner ses leurres (spintail, lame, varie la taille des LS, ajoute une palette) sans succès. Patrick fini par rentrer un brochet de 65/70cm. Sur l’autre bateau, Hans manque une touche et subit une décroche.
Nous poursuivons notre dérive, j’essaye un Nitro Shad 65 en traction, avec l’idée de faire une grosse perche, en vain. Retour au slick shad UV Perch pour une animation plus lente : deux/trois tours de manivelle suivis d’une reprise de contact avec le fond et d’une pause. C’est alors que le Slick se fait ramasser sur le fond, c’est lourd, très lourd mais la Bone et le Stradic 2500 font le job ramenant le brochet à l’aplomb du bateau légèrement décollé du fond. J’avoue ne jamais avoir connu une telle sensation dans la canne, cela ressemble à un vrai gros du Volkerak. Une certaine appréhension m’envahit dans l’attente du premier rush. La Bone se cintre à son maximum, le Stradic chante... deux ou trois secondes magiques pour lesquelles nous sommes prêts à passer des heures sur l’eau mais qui vont se solder par la casse du fluoro de 30/100. Le bas de ligne restant présente plusieurs entailles 10 cm au-delà du point de rupture : casse due à la présence de moules, à un bas de ligne acier trop court (un Decoy Wire short leader de 15cm) ?... C’est la seconde casse avec ce short leader cette année (cf. https://www.fishandship.shop/articles/e-viva-orellana-455 ).... « Tierce fois, c’est droit » relèverait de la bêtise humaine, mon dernier sachet de Decoy Wire finira aux objets à oublier.
Pour le reste du séjour, je joue local et passe en mode hollandais : un Dragon Spinning leader de 40cm en 100/100 avec une agrafe presque aussi grosse que ma tête plombée de 9gr monté en direct sur la tresse. L’avantage, je n’aurai plus de touche avec ce montage, mais Didier m’assure que cela ne gêne en rien l’action de pêche. Et un guide, c’est comme l’arbitre, il a toujours raison ! 😉.
Sur l’autre bateau, Hans prend un 76cm juste avant midi, puis nous décidons de changer notre approche et remontons sur le canal Escaut-Rhin pour une pêche de bordure : chatterbait, cranckbait, spinnerbait, lame vibrante et bien sûr leurres souples sont de la partie. Aucune touche, nous retournons dans la baie du matin pour le coup du soir, mais ferons chou blanc. Hans reste sur les bordures du canal, pari gagnant : Éric touche un 92 cm sur un Shadteez de 6cm Fire Tiger...comme quoi le montage finesse hollandais en 100/100 ça pêche ! 😊
 
 
Second jour. Eole est un peu énervé ce matin, mais va mollir dans la journée, les nuages restent discrets et la luminosité importante. Nous allons pêcher le secteur amont du Volkerak, celui des écluses. Une première grande dérive face au vent sur un plateau ne donne rien. Nous nous abritons du vent avec une pêche de bordure à la recherche des grosses perches, sans succès. Enfin, nous tombons sur plusieurs bancs de poisson fourrage avec de beaux échos de brochets. Les Replicant Wobble 18 et 23, les Miuras Mouse 23cm ne donnent rien, une Ondulante Alpha Custom Big Spoon en traction se limite à mettre un peu d’animation dans les bancs. Les Slick shad ou Zander pro shad dans leurs petites tailles ne sont pas plus productifs, qu’ils soient montés sur une TP simple ou sur un Hover Jig.
Hans va insister et rentrera un 92 cm sur une Miuras Mouse en fin de journée.
 
Pour notre compte, nous nous déplaçons pour une grande dérive dans les shallow : je pêche principalement à la Mouse 23cm, et un peu au Fatso14 alors qu’Éric et Didier alternent des leurres plus petits (souple ou lame): pas une touche. Nous partons sur la baie du premier jour pour le coup du soir. Je reste avec des gros leurres, Didier et Éric rentrent en une demi-heure trois poissons sur des Nitro Shad120 Bangkok Tiger plombés à 35gr, le plus gros affiche 85cm. Plus rien ne se passe et je porte la bredouille du jour, pas même une touche...
Dernier jour, le vent reste présent, la couverture nuageuse s’intensifie et la pluie s’invite par intermittence. Nous prospectons les plateaux en aval du Volkerak entre 7 et 9 mètres, secteur où nous avons rencontré le plus d’activité ces dernières 48 heures. Hans prend un métré (101) sur une Mouse en fin de matinée.
Yvan qui a pêché light tout le séjour, touche un 84cm sur le Nitro Shad 120 Bangkok Tiger. Un joli combat tout en douceur.Un problème électrique interrompt notre session... Çà cogite dur pour trouver la solution... le coup circuit homme à la mer, quoi ? ben il est débranché !... 😊 La pause casse-croute s’impose.
L’après-midi, je touche un 96cm dans les 8 mètres sur une Miuras Mouse Pink Panter (avec une plombée additionnelle de 30gr). Le second bateau n’est pas en reste avec un brochet de 77 cm également séduit par la Mouse Pink Panter23cm et un 68 cm sur un petit shad Fire Tiger.
 
Fin du séjour, le Volkerak a été une nouvelle fois difficile, mais c’est le jeu ! Ces gros brochets néerlandais doivent avoir quelques ascendants maskinongés, des poissons au mille lancés comme me disait Didier...
Dans ce biotope d’exception produisant de gros spécimens, l’utilisation de bigbait prend tout son sens. Et c’est une nouvelle fois la Miuras Mouse 23 qui tire son épingle du jeu avec les deux plus gros brochets du séjour. Mais si vous n’êtes pas adepte de la pêche-bodybuilding, soyez rassurés. Si les tailles intermédiaires 150/180 n’ont rien donné, les petits LS ont fait le job. Ce qui est compréhensible, vu la période : les grosses brèmes ne sont plus rassemblées sur les bordures et avec des herbiers qui régressent le fourrage de l’année se concentre, constituant une pitance abondante et facile d’accès. Dernier point, malgré la forte pression de pêche de jour comme de nuit, oubliez la discrétion dans vos montages cqfd. 😊