12694 références
88,7 % des produits en stock

Connexion

Valider Inscription

Récapitulatif

Votre panier est vide :-(
Voir nos produits
BlogVolkerak...Hot spot
Volkerak...Hot spot

Volkerak...Hot spot

philippe
30 juin 2022
Nous voici de retour en Hollande avec une seule idée : du full Volkerak pour un big pike!
 
Bertus Rozemeijer, notre guide l’année dernière ayant pris sa retraite, il nous a fortement conseillé Hans Roose : un fou de gros brochets, passionné d’électronique et surtout super sympa. Si vous souhaitez découvrir ou vous perfectionner avec du matériel Lowrance, Hans est le guide qu’il vous faut ! Un compétiteur adepte des dérives précises au moteur électrique.Sur chaque spot, au moins trois tracés sont programmés suivant le sens et la force du vent afin de faciliter les lancers tout en flirtant en permanence avec les herbiers présents sur les immenses plateaux du Volkerak.
 
Petite précision nous n’utiliserons pas l’Active Target®, ni ne réaliserons de pêche pélagique (ce qui n’est pas pour me déplaire, même si la technologie permet de mieux comprendre le comportement des poissons et son environnement...). Ce sera du powerfishing dans les herbiers ou les cassures.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les portes du Volkerak...
 
Les deux premières photos vous donnent le ton météo du séjour.
Un peu de vent et des nuages le premier jour puis Eole se retira dans son beau palais laissant Hélios brunir nos peaux.
Nous terminerons le quatrième jour dans une pétole de chez pétole avec un Volkerak à la surface lisse, événement exceptionnel ! 
Première dérive, Hans nous propose de tester l’humeur des brochets en variant les leurres :
 
Pascal opte pour un spinnerbait : un Monstervibe (Indiana) Yellow 45gr,
 
Patrick monte une Real Eel 20 cm Dirty Eel plombée à 10gr qui était « the lure » de notre précédent séjour,
 
Hans a une Miuras Mouse 23cm Sunset sur sa canne. Si certains n’apprécient pas ou ne veulent pas que le guide pêche, je trouve au contraire très intéressant de pouvoir observer un pro en action. Bien évidemment ceci doit se faire dans le respect du client, mais il y a toujours quelque chose à apprendre dans la gestuelle, sur l’animation d’un leurre, la trajectoire des lancers, des petits détails qui parfois font la différence.
 
 
 
 
 
 
Pour ma part, mon choix était biaisé : j’avais participé la veille de notre départ à la sortie annuelle de l’AMC (Association Morvan Carnassier) sur Pannecière avec l’ami Matt. Un défi amical entre membres de l’association, une journée fort sympathique mais difficile pour tout le monde sur le plan halieutique. Impossible de faire bouger des poissons maillés. Je me suis concentré sur les brochets, tandis que Matt enchaînait les perchettes, en espérant activer au moins une 25+.
Je finis par toucher deux spécimens au leurre dur (KVD 300 jerkbait et BBZ 6’’) en bordure d’herbiers ... 2 cm trop court, l’histoire d’une vie qui se répète 😊.
Mais au moins le schéma initial est fixé : du dur, ce qui complémente le trio déjà sélectionné.
C’est ainsi, qu’un Slider 12cm Real Hot Perch participe à la première dérive hollandaise, en alternant à chaque lancer les animations à la canne et au moulinet avec des pauses systématiques. Cinquième ou sixième lancer, une touche discrète sur la première pause... 82.5cm, sourire pour la photo mais intérieurement c’est un sentiment d’inquiétude : « Pas cool...un fish d’entrée de jeu ». Psychologie à deux balles ? Patrick m’avouera plus tard avoir eu la même pensée : « quand c’est toi qui ouvre rapidement le bal, ouille ! ».
La matinée avance doucement, le vent se calme, les nuages s’effacent, je passe sur un Fatso Emerald Perch en mode linéaire lent, toujours avec des pauses. Entre Slider et Fatso, Hans me confie avoir un petit faible pour le second dont le ratio gros brochets / brochets capturés est supérieur, selon son expérience. Un corps trapu qui déplace beaucoup d’eau dans son wobbling n’est sans doute pas étranger à ce succès auprès des gros.
Mais plus rien ne se passe, les leurres tournent, pas même un suivi....et fin du 1er round.
La seconde journée voit la chaleur et l’absence de vent s’installer... La matinée s’écoule, Slider, Fatso, Buster Jerk, Jointed Claw, BBZ, Spinnerbait Da’mega bush (les Chatter...oubliés à la maison), Dunkle 7, Replicant Jointed et Wobble shallow...rien ne semble motiver les brochets. Nous sommes dans le dur !
 
C’est alors que Patrick laisse descendre lentement son leurre dans un trou d’herbier à l’aplomb du bateau, poussée d’adrénaline immédiate : un brochet monte calmement et se retourne en aspirant sa Reel Eel fétiche. Un gros plouf en surface mais le combat est facilement mener via une Bone Voyage S764XXH impériale. 92.5cm, vous remarquerez la précision de Hans dans la mesure : au ½ centimètre 😊
 
Petite pause casse-croûte rapide et en début d’après-midi Patrick prend un gros stop sur un Chatterbait Wild Header avec un ShadTeez Slim en trailer mais ferre dans le vide. Au lancer suivant nous apercevons un brochet largement métré suivre son leurre. Hans enchaine avec un 70 qui a succombé au charme d’une Miuras Mouse 23cm Sunset et Pascal observe son premier suivi du séjour :un 80+ évoluant le nez dans la queue de sa Mouse 20cm Sunset sans l’attaquer. Un peu d’activité, cela fait du bien au moral. Pascal va être récompensé de ses deux jours d’efforts : une poutre jaillit à deux mètres du bateau pour engloutir sans hésitation sa Mouse : 110.5 nouveau record perso! 
Pour le troisième jour, Hans nous présente sa variante home made de Mouse qu’il souhaite utiliser sur les prochaines dérives. Un nez plat bien pileux et un énorme trailer dont le coloris, évoqué dans le Fishing Club, n’est pas le plus apprécié des pêcheurs de brochet. Poids, environ 250 gr et une longueur proche des Mouse Méga originales. Pour diriger précisément un tel engin que ce soit en subsurface en flirtant avec les plantes ou dans les trous d’herbiers, une canne raide et longue comme la Westin Monsterstick en 240cm est toute désignée. L’idée est de laisser le leurre aller au contact de l’herbe sur 2/3 tours de moulinet puis de le dégager sèchement : une action de pêche physiquement éprouvante (des pauses s’imposent..) mais garantissant un leurre propre, pêchant un maximum de temps.
Nous allons faire uniquement les spots à big, où Bertus et Hans ont fait leur top fish. Nous sommes avertis :si touche il y a, ce sera métré. La journée s’écoule sous un soleil de plomb, une température plus Hispanique qu’Hollandaise : nos pike sont en mode siesta ! Mais nous sommes motivés pour les attendre jusqu’au coup du soir. A 19h30, nouvelle dérive, rapidement un métré bondit hors de l’eau pour se retourner sur la Mouse home made..
102.5 cm vite remis à l’eau.
 
Quelques minutes plus tard, un 120+ (selon estimation de Hans) émerge intrigué, remonte le chemin hydrodynamique de nos leurres animés sur des trajectoires parallèles, cherchant par des mouvements latéraux de la tête à les visualiser, mais ils sont déjà hors d’eau. Relance immédiate, monster pike regagne son herbier indifférent.
Les gros semblent s’activer, sur une zone où la couche d’eau libre permet de faire évoluer les Replicant Wobble ; les 23cm sont de sortie pour tenter de passer de zéro à héro...1h30 plus tard, ce sera un zéro pointé !
 
 
Pour débuter le dernier jour, Hans me propose d’essayer un Swim Glidebait en 12cm sinking de 58gr golden Roach. Je dois avouer que j’ai été surpris par l’extrême facilité de sa prise en main, aussi bien sur une animation à la canne qu’au moulinet avec une belle nage en S. Un petit coup de cœur que je vous conseille surtout si vous débutez avec ce type de leurre et un excellent complément au Slider par sa forme et son volume. Le 15 cm est tout aussi agréable en pêche, mais son poids de 107 à 115 gr suivant la version nécessite un combo plus spécifique.
 
Le 12 cm me permet de toucher le seul poisson de la matinée :un 82 sur une reprise d’animation lente au moulinet.
 
 
 
 
 
 
 
 
Avec un lac sans une ride et une eau à plus de 23°, nous tentons les zones plus profondes pour voir...
 
 
 
Patrick prend le second poisson de la journée sur un ShadTeez 19cm official Roach : un 80 cm qui sera la dernière prise de notre séjour.
 
 
 
 
 
Une pêche dans les herbiers toujours aussi fascinante, exigeante dans la précision des lancers et dans la maîtrise de ses réactions à la vue d’une gueule grande ouverte se retournant sur son leurre. Des heures de casting simplement pour s’imprégner de cette image fugace mais jubilatoire précédent le ferrage.
Et si à chaque attaque, la probabilité d’être face à un big est forte, alors le plaisir est à son apogée!
Santé à toutes et à tous !
Nous reviendrons
Un grand merci à Hans