Avec les coups de froid qu’il y a eu ces dernières semaines, je profite d’une nouvelle hausse de la température pour me faire une dernière session bass avec des techniques estivales et quelques unes plus actuelles.

Me voila donc sur un étang que j’aime beaucoup pêcher grâce à sa diversité de postes, sa mangrove, ses bancs de nénuphars, ses roselières, ses fosses, ses bois morts et pontons immergés… Bref le cadre parfait pour traquer le bass !  Après avoir chargé le matos et mis la barque à l’eau, je commence ma pêche, je me rends vite compte que des truites ont été lâchées dans l’étang dernièrement, il  va donc falloir trouver autre chose  !!. Je m’aperçois que les truites restent en surface de la première fosse et ne vont pas plus loin, je décide donc de longer le banc de nénuphars qui couvre la quasi totalité de l’étang. Il y a énormément de trouées dans le banc, ce sont en réalité des nénuphars immergés à 50 cm en-dessous de la surface de l’eau. Je pêche donc ces trouées avec une technique que j’apprécie beaucoup pour le bass mais qui n’est pas encore automatique pour tout le monde, le big bait. Je pêche donc avec un pro grub de 23cm monté sur un montage shallow en ramenant lentement canne haute afin de passer au ras du tapis de nénuphars. Et ça ne rate pas, au deuxième lancé, un bass surgit du tapis pour attraper l’arrière de mon leurre, s’en suit un ferrage à la KVD puis un combat tout en énergie et un premier poisson au bateau.

Pour ce genre de technique, je pêche avec un bas de ligne en fluro en 60 centième car le risque de prendre un brochet est bien sûr très présent. Suite à ce premier poisson,  un deuxième viendra prendre mon pro grub mais il se décochera quelques mètres devant le bateau.

Après avoir longé les bordures du banc d’herbier,  je décide de rentrer dedans. Le soleil est sorti de derrière les montagnes depuis une petite heure, la température monte. Je décide donc de pêcher en wacky entres les pousses, technique vite payante, mais bien évidement ce sont les petits poissons qui attaquent le petit Worm qui se promène devant eux. Finalement j’aperçois un client plus sérieux, relativement gras, sortir de sous un nénuphar. Je lui présente donc mon leurre en le faisant tomber à environs 60-70cm devant lui pour éviter de l’effrayer. Il commence à se diriger dans sa direction, à-coup par à-coup, il se rapproche et sur un stop il gobe le bazar. Le ferrage ne se fait pas attendre puis démarre un combat tendu en UL au milieu des nénuphars, il s’enroule autour des tiges, rentre dans les nénuphars immergés mais finalement se rendra à mon grand soulagement. Encore un joli poisson dépassant les 35 cm, pas un monstre mais très bien proportionné avec de belles couleurs comme tous les poissons de cet étang.

La dérive dans le banc de nénuphars se termine au wacky avec encore pas mal de petits poissons qui se jettent sans vraiment réfléchir dessus. Une fois sorti de cette jungle, je débouche sur la deuxième fosse de l’étang où les truites ne sont pas encore allées. Tout va bien. Je décide donc de pêcher avec un jerk minnow. Le but est de twitcher violement le leurre en faisant des pauses entre chaque twitch, pour cela je me donne une sorte de rythme (« tac, tac, pause, tac, tac »). Je prospecte en lançant d’abord dans la fosse puis au fur et à mesure des lancés, je me rapproche du bord de la forêt de nénuphars pour finalement la longer. Les petits bass sont particulièrement réceptif à cette technique outrageusement casse-pied mais il ne faut pas oublier les jolis poissons planqués au bord des structures qui attendent une perchette, un gardon en mauvaise état ou au comportement particulièrement anormal. Ces derniers ont souvent du mal à résister à cette tentation et se jettent dessus sans hésiter. Et c’est ce qui s’est passé. En lançant aux abords d’un ponton, je prends une tape violente, je ferre en plein dans les chicos, jump dans tous les sens puis je le drope dans le bateau, un joli bass d’une trentaine de centimètre vient de me faire valider une nouvelle technique.

Après le moment le plus important de la journée (la pause déjeuner), je décide de profiter du soleil pour pêcher au Popper, un petit coup de surface tant qu’il est encore temps… On ne va pas se priver !! Et il se trouve que les poissons étaient très chauds pour une pêche de surface mais ce ne sont que des petits fish qui sautent sur le leurre, je m’éclate mais j’aimerais pouvoir faire un fish un peu plus sympathique.

J’aime à passer le long des roselières où le fond ne dépasse pas les 40cm et à faire passer mon Popper au milieu des tiges, qui dépassent à la surface puis j’aime voir une vague se diriger pleine balle dans sa direction pour finalement disparaitre dans une gerbe d’eau. Je passerais toute l’après midi à pêcher en surface, même si je n’ai pas pris de gros poissons, tant pis ! Des fois, il faut savoir juste profiter. Juste avant de partir, je décide de lancer mon popper à coté d’un petit ilot de roseau qui m’intrigue un peu. Celui-ci se fait aspirer instantanément, au ferrage je sens que c’est un poisson différent de tous les autres. C’est un joli poisson de plus de 35 cm, ce n’est toujours pas un monstre mais le plus sympathique de l’aprem pris en surface, ça fais toujours plaisir.

Une petite photo puis ce poisson correct, aux superbes couleurs et très bien proportionné, repartira au bord de son ilot. Quand à moi ce sera le dernier poisson de cette session. Il est temps pour moi de rentrer, en espérant que cette partie de pêche en ma compagnie vous aura plu ! Je vous donne rendez-vous une prochaine fois au bord de l’eau !