Salut les gars,

J’espère que votre fin de saison c’est passée comme vous l’avez rêvée.

Je vais vous raconter mon dernier Week-end d’avant fermeture en compagnie de mon pote Aurélien.

Après un coup de fil la veille, nous décidons de tester un nouveau bief. Aurélien s’occupe de suivre les côtes ainsi que les débits, mon rôle sera de faire une recherche des amortis sur Maps.

Nous arrivons à la mise à l’eau le lendemain matin, plein de motivation.

Et là, surprise la mise à l’eau est vraiment pourrie on ne peux même pas faire demi-tour, obliger de décrocher la remorque, pas assez d’eau en bordure etc enfin bref à deux doigts de péter un plomb. lol

Il y a déjà quelques bateaux à l’eau, et je décide de commencer par la rive d’en face.

Un premier passage en linéaire non concluant, nous passons en verti rapidement, 50,100 mètres de dérive nous commençons à nous poser des questions…

Les débits sont importants et nous avons du mal à tenir en 21 grammes, je suis au moins 10 mètres derrière le bateau, nous y croyons de moins en moins lorsque tout à coup PAN en plein courant je prend une grosse décharge!

Ce sera un sandre d’une soixantaine de centimètres qui fait bien plaisir.

Nous décidons de prospecter d’autres zones plus a l’abris du courant car les batteries ne tiendrons pas la journée.

La veille j’avais repéré deux superbes amortis, le premier était occupé par deux bateaux donc nous allons directement au deuxième.

je déplie le terrova puis descend mon leurre, même pas 10 secondes plus tard le collègue ce fait surprendre par une grosse touche.

Et la pris de panique en voyant que c’était joli, il me jette sa clope sur le siège en cuir ce salopard.

Obliger de vite allé récupérer son mégot pour l’éteindre!

Je prend ensuite le temps d’épuiser son poisson, nous remarquons que c’est bien un joli sandre!

Un joli sandre de 72 pour mon artiste.

Nous repasserons sur la zone plusieurs fois en vain.

Les deux prises du matin.

Le reste de la journée sera plus compliqué malgré nos changements de postes fréquents, mais nous arriverons tout de même à capturer deux autres sandres difficilement.

Le retour à la mise à l’eau fût un véritable sketch, la Saône est montée de 40 cm dans la journée.

L’un d’entre nous devait se sacrifier pour que l’on puisse s’amarrer, étant à la barre c’est le collègue qui a tenté le coup. AHAH

Je me rapproche au maximum, Aurélien saute du bateau mais un peu court malheureusement, les deux pattes dans 60 cm d’eau…

Un fou rire monumentale.

Sur le retour, nous décidons que le lendemain nous irons sur notre bief habituel.

J’annonce à Aurélien : « Demain, je fais le plein du boat et on fera que des postes à gros quitte à se taper 10 bornes entre chaque poste. »

Arriver à la mise à l’eau il y a déjà du monde, un mec nous laisse son tour et nous arrivons a mettre a l’eau rapidement.

Démarrage du thermique, quelques centaines de mètres pour faire chauffer, puis gros gaz jusqu’à l’amortis que j’avais décidé de pêcher d’entrée de jeu.

Arriver sur place, les conditions sont top, pas trop de vent et une luminosité assombrie par la couverture nuageuse j’y crois dur comme fer!

J’ai dans le but au premier passage d’essayer de trouver la profondeur où se trouvent les poissons, j’effectue des zig-zag entre 2 et 4 mètres.

Ca pêche propre et nous sentons le blanc taper dans la ligne, je me dis que si c’est pas moi, c’est Aurélien qui touchera ce gros poisson recherché.

On arrive en fin de dérive juste avant les remous de l’amortis, je suis dans 3,4 m, je vire j’arrive dans 2,8 et là, La touche que j’espérais est arrivée.

Une aspiration de malade, un ferrage et un scion qui reste sur place, c’est lourd!

Pas de doutes c’est une poutre!

Les secondes passes et j’annonce à Aurélien de garder son calme car je redoute le pire vu son coup de panique de la veille.

« GROS, laisse l’épuisette hors de l’eau! Celui là faut pas le perdre! »

Le babar arrive en surface, et bien-sûr il essaie de nous faire un coup de Trafalgar, monsieur revient sur moi, il longe le bateau puis replonge.

Ouuuf, heureusement que l’épuisette n’était pas dans l’eau.

Après un combat en force, le gros est fatigué il arrive en surface me mets 2-3 derniers gros coup de tête.

« Vas-y gros mets l’épuisette je le glisse dedans. »

C’est bon il est dedans! Nous sommes refait! Explosions de joie sur le bateau!

J’annonce 85+, Aurélien lui 87-88, je saisie l’épuisette pour le hisser dans le bateau, ouah il est lourd et là j’annonce direct à aurélien que c’est un 90.

Passage à la toise!

Passage à la toise! boom 91!

Son régime à base de Slick shad n’a pas vraiment fonctionné. AHAH

Le plan à fonctionné je suis aux anges!

Nous reprendrons 3 poissons sur cette dérive, puis le reste de la journée sera très calme, aurélien reprendra un poisson en début d’aprem.

Nous sommes frigorifiés par le vent et la pluie qui sont abondant depuis 9h30, à 15h30 nous déciderons de rentrés.

Bonne trêve à tous!