Autopsie d’un succès

Autopsie n’est peut-être pas le bon mot car le succès de ce leurre n’est pas fini ! Développé à la base par un pêcheur Anglais de légende, Dave Kelbrick (paix à son âme) en collaboration avec Mick Brown, un autre de ses compatriotes non moins connu….attendez…c’était il y a environ 15 ans alors que Fox Rage n’était pas encore née en tant que marque Carnassiers.

 

Il faisait partie d’une gamme de gros leurres lancée par Fox à l’époque sous l’impulsion de Dave qui était un chasseur de spécimen. A une époque ou un shad de 12cm passait pour un gros leurre chez nous ! Bref cette mouvance actuelle que l’on connait autour des gros leurres puise une partie de ses racines ici. 15 ans après, il ne s’est jamais pris autant de gros brochets dans nos eaux (ils y étaient déjà à cette époque mais on les pêchait encore moins bien qu’aujourd’hui), et les Anglais en majorité enfilent des perles en pêchant les perches en drop shot. Bref, peu importe les évolutions de la pêche des carnassiers dans l’hexagone ou de l’autre côté de la manche, intéressons-nous au Replicant, qui a dépassé le million d’unités vendues…

Histoire de pouvoir rentrer dans le détail on va s’intéresser seulement au 18cm Wobble (avec la queue de shad, par opposition au jointed qui est tout aussi bon mais qui est un multi-segment).

La version originale a depuis évolué, des ajustements de forme, de grammage, de couleurs ont été fait au fil des années, par Dietmar Isaïach puis par moi, pour arriver à la version que vous connaissez maintenant, un swimbait de 18cm pour 90g.

Dans les dernières évolutions que j’ai pu insuffler au Replicant il y l’incorporation dans le lest ventral d’un émerillon entre le harnais et l’hameçon. Ce 360 intégré permet de limiter les décrochés, notamment lorsque les brocs secouent la tête au bateau…

Il y a aussi bien sûr la gamme de coloris Super Natural, qui est réalisé à l’imprimante. C’est un procédé très long (5min par face) mais le jeu en vaut la chandelle car les coloris sont sublimes !

Allez, levons les filets sur un Replicant pour voir comment c’est fait :

Le secret du Replicant vient de la répartition parfaite du poids. Le centre de gravité est abaissé grâce à la banane de plomb qui descend sous le ventre. Le plomb incorpore et sécurise l’émerillon qui est largement dimensionné. Une sécurité supplémentaire relie la hampe de l’hameçon principal à l’émerillon sous la forme d’une solide agrafe. Cet hameçon principal parlons-en, c’est un black nickel 6/0 très piquant et très solide. Aucun problème donc de ce côté-là. Le triple quand à lui est un 1/0 très solide mais qui reste suffisamment piquant.

L’hameçon simple a vraiment un gros dégagement et se trouve dans le même axe que le triple qui pend librement sous le ventre. Si c’est coffré c’est piqué.

Je pense néanmoins que cette hauteur provoquée par ce gros simple positionné très haut et ce triple pendant peux aller jusqu’à empêcher l’engamage dans certains cas. D’autre part les gros simples lorsqu’ils sont associés à des triples peuvent abîmer les poissons. N’hésitez donc pas à couper le simple un peu au dessus de la surface du dos (il faut laisser assez long au cas où l’émerillon se désolidarise du plomb et ait besoin de l’agrafe pour le sécuriser au simple, mieux vaut donc ne pas couper trop court). Etant donné que le 18 wobble est principalement un leurre à cranker au dessus du fond, ça ne me dérange pas d’avoir un seul triple pendant sur la première moitié du leurre comme unique armement. Dans ce cas on peut se permettre de monter d’une taille, mon choix se porte alors sur un Owner ST36 n°2/0.

Le matériau en lui-même est plutôt très résistant, et même s’il peut arriver de se faire couper la queue sur une frappe mal placée, la longévité est quand même très bonne. J’ai déjà fait plus de 50 poissons avec le même leurre, largement. Quand des entailles profondes le mettent à mal on peut le recoller au briquet sur l’eau, ou à la maison avec une résine de type Fix it Savage.

L’action de pêche :

Utiliser un Replicant est vraiment à la portée de tous ! Il s’agit d’un leurre à cranker (entendez à ramener tout droit sans animation). La différence se fera sur la hauteur d’eau prospectée (donc votre capacité à visualiser où vous passez) et aux légers changements de rythme que vous mettrez. Hormis ces légers détails c’est une pêche simplissime, il suffit de lancer et de ramener tout droit, en étant vigileant !

Grâce à sa grosse caudale en forme d’oeuf (elle fait 3cm de largeur alors que le corps fait à peine plus de 2cm d’épaisseur) on a un leurre qui bouge beaucoup d’eau…

Le corps étant assez comprimé dans la hauteur cette grosse caudale engendre aussi un mouvement de rolling important (une nage chaloupée) qui est contenue juste ce qu’il faut par le centre de gravité assez bas. Il est donc particulièrement efficace à vitesse moyenne, pour couvrir de grandes étendues d’eau, ce n’est pas un hasard si tout le monde l’utilise sur les lacs Alpins ou de grands lacs comme Orient. Il a une capacité à faire bouger de gros poissons de loin.

Dans cette pêche de prospection on s’adresse à des poissons légèrement à très supsendus, ou susceptibles de partir du fond pour venir le coffrer, il n’est donc pas nécessaire de le poser au fond tous les mètres comme on pourrait le faire avec un leurre souple sur tête plombée classique. D’une part parce que ce genre de swimbait prémonté n’est pas super pêchant à la descente (il descend trop horizontalement pour moi), et d’autre part l’armement ventral a tendance à accrocher tout ce qui traîne au fond. Pour les pêches en traction je préfère largement avoir recours à des shads plombés en tête classiques. Je l’utilise donc à la manière d’un countdown, en particulier lorsque mon sondeur m’indique clairement une tendance dans la position des brochets. Mais d’une manière plus générale je commence par quelques lancers sous la surface (dans le premier tiers de la colonne d’eau), puis quelques uns à mi hauteur, avant de pêcher plus près du fond. De cette manière je n’effraie pas les poissons suspendus avec une grosse tresse qui leur passe devant le museau, et je sollicite malgré tout efficacement des poissons qui sont assez chauds pour venir le cueillir de loin. Je pars du principe que les attaques les plus franches partent de loin. Si je peux éviter les suiveurs je préfère !!

 

Pour pêcher au Replicant 18 j’ai une canne fétiche, il s’agit de la Terminator Pro Swimbait Special. Il s’agit d’une 40-100g. Cette canne est suffisamment longue et légère (2m30 pour 200g), et surtout elle a une action parfaite pour cette pêche. C’est une excellente lançeuse grâce à son action pas trop raide, mais qui est assez pêchue pour envoyer de bons ferrages et combattre de gros poissons en toute sérénité. C’est une canne que j’ai développée avec cette pêche en tête donc je sais qu’elle est parfaitement adaptée. En modifiant l’enroulement du carbone suite aux premiers protos qui étaient trop fragiles j’ai obtenu exactement ce que je souhaitais. Le carbone haut de gamme Toray Japan couplé aux meilleurs composants (anneaux Fuji SIC et porte-moulinet Fuji) en fait un beau rapport qualité-prix. J’utilise dessus un moulinet avec un ratio pas trop élevé pour maîtriser plus facilement ma profondeur de pêche (pour le moment un vieux Revo Winch) mais je suis impatient de recevoir au shop les nouveaux Abu Revo Beast et les Shimano Tranx 201, mon cœur balance déjà entre les deux…..

Après de multiples essais de tresse j’ai opté pour la Varivas Avani Cast Max Power en PE3. Mais j’ai conscience que c’est un ensemble très haut de gamme, on peut tout à fait opter pour un combo moins cher, notamment en choisissant une tresse moins haut de gamme, comme la Spider Stealth Smooth 8 en 25/100. Niveau moulinet on peut aussi opter pour un modèle plus petit comme le Curado sur une canne milieu de gamme (Fox Rage Pike Cast). Pour finir je mets un bas de ligne en gros fluoro en 90/100èmes (voir l’article sur les fluoros dans le blog pour plus de détails sur les noeuds).

 

J’allais oublier de parler du prix. La gamme Fox Rage dans son ensemble met l’accent sur le rapport qualité-prix, le Replicant ne fait pas exception, puisque ce modèle 18cm wobble vaut sur Fish & Ship 11.90€ en coloris peints à la main, et 12.90€ dans la version Super Natural peints à l’imprimante.

 

Voila, vous savez tout ou presque sur un de mes leurres favoris pour la pêche du brochet !!