Depuis une paire d’années maintenant la technologie Live de Garmin défraie la chronique. Copié depuis par Lowrance et Humminbird, Garmin garde cependant le lead et le Livescope est plébiscité sur tous les marchés.

J’avais eu l’occasion lors de sa sortie de l’essayer sur une pêche verticale dans 3-4m d’eau, avec Vincent Tobé, pro staff Garmin. Le mode sélectionné était le down. On a pêché côte à côte sur son bateau alu de 4m20, en voyant en live les 2 leurres et surtout le comportement du poisson. J’avais été frappé par le côté instantané mais aussi par l’absence de zone d’ombre. La conséquence est double, lorsque la tête plombée touche le fond à l’écran, la bannière se détend. On voit donc beaucoup mieux les poissons « plaqués » au fond qui échappent toujours aux sondes 2D classiques toutes marques confondues.

L’analyse du « langage corporel » du poisson est alors complètement utile et on peut ajuster son animation à sa réaction. Une animation faite en aveugle d’habitude sans en connaître le résultat réel (qu’est-ce qu’elle a déclenché comme réaction chez le poisson) devient clairement lisible. Dans notre cas précis une animation pouvait faire décoller le poisson, mais elle était clairement inhibante lorsque le poisson était trop près. Comme dans une pêche à vue où on a souvent tendance à ferrer trop tôt, j’ai manqué ce gros sandre en anticipant trop la touche. Je l’ai vu attaquer le leurre avant de sentir la touche et j’ai donc ferré trop tôt….

Comme on fait les choses à fond et qu’on vend cette technologie sur le shop, on a fait une installation sur le bateau Fish & Ship. RAS sur le montage plutôt classique, il faut juste prévoir une alimentation pour la blackbox qui permet de traiter en live toutes les informations. On reste évidemment fidèles à Humminbird pour la 2D infaillible, mais les 2 marques vont cohabiter pour un temps à l’avant du bateau.

Le second essai a donc eu lieu hier pour se frotter à une pêche pélagique de sandre. Pour cette utilisation on a utilisé le mode Forward. C’est à dire que la sonde est orientée dans le même axe que pour notre pêche verticale mais légèrement levée vers l’avant. La qualité de détection est la même mais on a une vue vers l’avant du bateau et le quadrillage permet de situer le poisson en terme de direction, de distance et de profondeur. L’intérêt majeur se situe encore une fois dans l’étroiteté du cône, qui apporte le côté directionnel. Il faut donc balayer la zone en utilisant la pédale du moteur (dans le cas de notre montage), ou en tournant une canne latérale sur laquelle est fixée la sonde.

Une fois la direction repérée on peut facilement soit lancer vers le poisson pour cranker au dessus (on essaiera prochainement cela sur nos brochets Alpins), soit comme cette fois se rapprocher à la verticale du poisson. Dans ce cas la droite de l’écran représente l’avant (tout ce qui est plus loin que la verticale de la sonde), et la gauche l’arrière. Avec un peu de gymnastique il devient facile de spoter un poisson en particulier.

Le dernier mode, obtenu en basculant le support de sonde est le mode perspective. Il permet alors un balayage beaucoup plus large mais ne convenait pas à notre pêche en grande profondeur.

En somme on a pu attaquer un sandre en profondeur, et un brochet à 5m sous la surface. Pas de photo du brochet car il nous a cassé (un obscur problème de tresse!), le sandre a fait en revanche un passage éclair à bord avant de regagner les profondeurs.

Pour être réactif on a utilisé une tp à visser Fox de 40 ou 50g sur un Sakamata en 8 pouces.

Alors certes on a surtout passé du temps à essayer de bien comprendre le fonctionnement, mais il ne faut pas croire qu’on tienne là une arme de destruction massive.

On aurait certainement fait aussi bien en utilisant seulement la 2D. En revanche il nous a apporté une certaine fascination quant au comportement des poissons en live. On a suivi des bancs de fourrage pour le plaisir de les voir nager et réagir en direct à l’ombre du bateau ou à un leurre qui s’approche.

On a choisi de mettre en stock la sonde, la blackbox, le support rotatif et un Echomap Ultra 102sv. C’est un investissement important évidemment, mais on estime que le Livescope permet d’explorer des nouveaux horizons. En tant que boutique spécialisée on peut désormais vous aiguiller aussi bien sur son montage que son utilisation.