Les temps sont durs….

La covid et les 3h de pêche max par jour ;mais surtout le froid qui s’installe avec cette eau si clair sur la Seine rendent les sorties pas évidentes. Les sorties ne se suivent pas, et se ressemblent encore moins, néanmoins j’aimerais partager des petits trucs que l’on a pu noter et des jolies poissons à partager. Peu de touches mais une certaine qualité (en tout cas pour le simple pêcher sue je suis!

Ne louper pas le coup du matin

Lors d’une session, nous avons choisi un plateau à l’abri du courant. Les blancs s’étaient clairement rassemblés et les sandres aussi. Nous faisons coup du coup 4 poissons; plus plus rien de la matinée….La période entre chien et loup aura vraiment été le seul  moment d’activité

Nous avons fait des poissons de tailles diverses sur des leurres divers. Il fallait être là, juste au bon moment. Les moments d’activités sont cours et il ne faut pas trainer à détacher son poisson, si on veut en refaire un à la suite. C’est vraiment des moments ou votre organisation et votre dextérité pourra vous faire attraper un deuxième poisson.

Des poissons qui bougent bcp !

Un jour nous avions trouvé un beau rassemblement de blanc dans une marina; deux jours plus tard, il n’y avait plus personne. Les conditions météo étant restées les mêmes.

Les sorties d’eau sales

En trouvant des sorties d’eaux sales nous avons réussi à enclencher des touches dans des profondeurs moyennes. Avec ce froid et la réduction drastique de nourriture. Les sorties d’eaux restent un excellent moyen de trouver du blanc et des carnassiers dernières. Ci dessous une grosse perche faite dans une sortie d’eau sale.

Tenir un spot et ne pas le lâcher

Autrement dit la technique du ponssage. Si vous savez qu’a un moment il y aura un passage de poissons, soyez patient et attendez. Je ne compte pas les fois ou je suis allé de poste en poste espérant trouvé le moment d’activité et nous sommes passé à travers toutes les périodes d’activités

Au niveau des leurres

Nous avons été sur des tailles moyennes entre le 4 et le 5 pouces. Incontestablement dans cette eau claire et froide les couleurs transparentes pailletés et les coloris naturels ont mieux marché que des coloris flashy. A l’exception faites du lever du jour. Cela n’engage que moi; mais plus l’eau est froide et plus j’aime utiliser des finess un peu rigide comme Sling Shad ou le Finess lunker city. Pour les perches la lame est vraiment mon outil préféré à cette période de l’année. J’ai bien péché avec la version 7 gramme de la lame Damiki.

Apres évidement dans une eaux claire je ne monte pas au dessus du 25/100 et si c’est dégagé sur des cannes finnesse je descends en 22/100 quand je cherche la perche.

Sur les shads; comme toujours nous avons cherché à être le plus léger possible dans nos TP. L’idée vraiment d’un shad qui se laisse mourrir. Le rapport qualité prix des têtes spro sont vraiment super. J’ai aussi bien péché avec le shad spro en 10 cm. Nous n’avons trouvé un typ » de caudale (petite/grande/ plastique dur ou mou) qui soit sorti du lot. Nous avons tout de même cherché des leurres avec des fréquences vibratoires basses, autrement dit des leurres qui s’animent à basse vitesse. A savoir que cette logique est une vue de l’esprit, un leurre (même un shad) n’ a pas besoin de vibrer pour prendre du fish. Bref nous ne voulions pas d’une caudale qui sature vite.

Au final et a postériori nous faisons des poissons beaucoup plus jolis que ce que nous imaginions. La preuve que pour faire du poisson le meilleur moyen reste de mettre un leurre dans l’eau. Plus sérieusement cela nous rappelle que l’hiver reste un moment privilégié pour cibler de gros poissons ! C’est je pense le meilleur moteur qui soit pour nous tenir motivé au bord de l’eau!

Je vous souhaite de passer de bonnes fêtes et de passer un peu de temps au bord de l’eau et en famille tout de même !

Bon Vent ; Bonne Mer !